Switch Suite est une composition pour orchestre d’improvisateurs, une écriture qui s’est appuyée sur 4 ans d’expérimentations sonores avec le désir de mener encore plus loin le travail de la matière sonore acoustique en la confrontant à l’amplification.

La musique électronique (au sens large) est composée de traitements sonores, de distorsions, de superpositions rythmiques, de boucles, d’imbrications de samples ; autant de phénomènes sonores qu’il semblait intéressant de transposer à l’échelle de l’orchestre.

S’inspirant de certains des fondamentaux de la musique industrielle, électronique noise ou bruitiste, ce nouveau projet est apparu dans la suite logique de nos recherches, le parti pris étant de détourner les codes, sans perdre l’identité du Lobe.

 

Si l’on part du principe que chaque instrument de l’ensemble est un instrument électronique comme les autres, c’est alors l’orchestre entier qui devient échantillonneur. Il s’agit alors de retirer le geste musical au profit de la physicalité intrinsèque du son, mettre de l’organique là où le raisonnement basique et sans affect de la machine invite à l’épure et la lisibilité des idées. L’improvisation n’est plus pensée en terme de développement individuel des idées, mais comme de multiples samples à géométrie variable, éprouvant le rythme et épuisant la matière organique de l’instrument jusqu’à en perdre l’écoute.